Au fil des miles vers Dublin

13690832_1240991202587191_5264975680802432287_n

Etape Brest -> Dublin

Après un peu d’attente pour faire le plein d’essence au port, entre la pompe qui tombe en panne et les clients particulièrement impolis qui stressent tout le monde, je remets 339 litres après calculs : j’ai 340 mn à faire et il me reste 95 litres …

C’est le cagnard : impossible de trouver un point d’ombre pour me reposer un peu avant de repartir … je me bricole une couchette un peu étroite dans le bateau .. à l’ombre. Y a une photo qui circule ..

C’est le départ : après avoir salué une dernière fois mes amis du Conquet : route plein Nord.

J’ai du courant de face, résultat je consomme 1,50L / mn. Pas bon. D’après mes calculs j’étais déjà un peu juste … pas bon. Je me retrouve en plein mer : grand soleil, il fait chaud .. et la mer est absolument idéale : une grande houle, mer plate, je pourrai naviguer à 30 nds … mais j’ai déjà trop consommé. Un régal : détendu, à profiter du moment

Je pense que j’ai des conditions météo assez exceptionnelles pour l’endroit. Croisement de gros cargos : tu te dis qu’en accélérant tu passes devant … euh, non !

Arrivé devant les iles Scilly je refais mes calculs pour savoir si je m’arrête pour ravitailler un peu de carburant. Je me dis que non, car finalement j’ai peu consommé malgré une vitesse moyenne très correcte.

Entrée en mer d’Irlande de nuit. Plein de bouées partout … des bateaux de pêche et même un ferry plein de couleurs : pas le moment de dormir !

Peu de temps après, le phare avant n’éclaire plus bien : je vais voir. En fait, je suis rentré dans un brouillard à couper au couteau !! Bon, ben va falloir faire confiance aux instruments ! Radar + AIS … Je réduis la vitesse, quand même.

Je croise des bateaux que je ne vois jamais. Au moins avec l’AIS on sait s’il s’agit d’un bateau de pêche de 15m ou d’un cargo de 130m ..

Ca va durer jusqu’à 1h avant l’arrivée à Dublin ! + de 6h de brouillard ! Ne me demandez pas comment est la mer d’Irlande : je sais pas j’ai RIEN vu ! Si : de gros dauphins sont venus jouer dans l’étrave au petit jour vers 6h du matin. L’eau était absolument limpide (un lac !) et avec le silence et le brouillard tout autour : féérique 😉

Vers 4h du matin, impossible de dormir : trop froid ! Le brouillard condense partout, tout est trempé, ça goutte de partout et il fait vraiment froid ! J’aurai dû mettre ma combi de survie … sauf que je ne pouvais pas la mettre à Brest par 26°C (si si) !

Bon : je ralentis et je me prépare une petite purée aligot bien chaude + café brûlant + lait concentré Nestlé (clin d’œil) : ça va mieux.

Mais la mer est si calme que je m’endors régulièrement assis … Le radar ne détecte rien … c’est vide. Juste le bruit du bateau qui glisse sur l’eau absolument plate, assourdi par le brouillard épais … et un peu de musique 😉

J’attends avec impatience le matin avec le lever du soleil car il fait vraiment trop froid. Mais pas de soleil : toujours une épaisse couche de brouillard.

Puis ça se dégage un peu vers 8h : 3 à 400 m de visibilité, et la mer toujours aussi plate => GAAAZZZZZ histoire de récupérer un peu le retard de la nuit 😉

Houle de ¾ arrière : je pars en surf à 27 / 28 nds et je consomme rien (car moins d’essence aussi). Finalement je n’aurai aucun problème d’autonomie : j’arriverai à Dublin avec une marge de 100 mn en rab 😉

A l’approche de la marina, comme d’habitude il faut slalomer entre les bouées de casier (c’est pour cela que je ne veux pas arriver dans un port que je ne connais de nuit ..). Je tape dans un boute. Je cale. Je vérifie du côté de l’hélice : rien. Ouf.

Je me gare du côté du Yacht Club. Accueil surpris et amusé.

Je range vite fait. Direction l’hôtel de l’autre côté de la rue « Royal Marine Hôtel ». Je demande un chambre simple, mais comme il n’est pas encore midi (heure locale) on me donne une suite (pour le prix d’un Etap Hôtel pourri) : le lit est plus grand que le bateau ! Lol

Première douche depuis 48h (no comment)

J’envoie les vidéos à Olivier, et je m’écroule : je dors 6h !

Réveil : bricolage au bateau (sondeur collé en panne => j’ai bien fait d’en mettre 2), visserie coffre partie, et surtout collage du Lexan afin de rendre la liaison cabine/pare-brise plus étanche / froid et humidité ! Sinon, tout va bien.

Dîner dans un resto italien/irlandais (enfin .. + irlandais qu’italien à mon goût)

Retour à l’hôtel pour un bon DODO … en attendant une étape encore plus longue de 100 mn, soit 430 mn = 20h de nav mini.

Les conditions seront bonnes sur les 2 premiers tiers .. puis ça se dégrade = vent + grains L

Et d’ailleurs, il se pourrait que je sois obligé de rester une nuit de plus à Kirkwall car la météo se dégrade au Nord… à suivre …

Voilà, vous savez tout. Je vous ferai un point conso détaillé quand j’aurai plus de temps

Au fil des miles nautiques….

Mardi 5 Juillet 2016

Le départ pour les essais grandeur réelle est prévu vers 11h30 de la cale de Parempuyre. Mais un petit problème au préfiltre essence impose de réparer. Du coup on loupe la marée => le départ est reporté à la marée suivante …

A 17h30, le bateau est prêt pour sa mise à l’eau. Le gros réservoir de 800l a été rempli la veille … un peu compliqué (j’ai vidé la cuve de la station essence à 640l …)

17h40 : il flotte 😉

Déjaugeage à pleine charge … dur dur, il me faut 15 secondes pour atteindre la vitesse de croisière de 20 nds !

La Garonne : direction l’estuaire

Après environ 2h de nav assez tranquille, petit stop de 20 mn à Port Médoc … histoire de se restaurer un peu. Sortie de l’estuaire, passage Oléron, direction plein Nord. La mer est assez hachée : difficile de tenir le vitesse de 20 nds où le bateau « plane » bien. La nuit commence à tomber : réglage des affichages en mode nuit pour ne pas être ébloui. L’éclairage de nuit du compas Plastimo est presque trop fort : heureusement il a un capot ..

Je réduis la vitesse à environ 9/10 nds. Ca tape pas mal. Mais je ne suis pas mouillé !

La fatigue se fait sentir. Je me restaure, je dors un peu (sans le matelas c’est pas très confort).

3h25 : l’écran du gps et du pilote s’éteignent. J’ai dû éteindre le gps alors que j’étais sous pilote … n’arrivant pas à le rallumer correctement (je n’ai pas dû le rallumer dans le bon ordre) je décide de me dérouter vers les Sables d’Olonne. Arrivée sur place à 4h40, je laisse le bateau devant la capitainerie et je vais dormir dans le seul hôtel qui répondait à cette heure-ci. Vu le peu d’heure que j’y ai dormi et le prix que j’ai payé, j’ai calculé, ça fait 33 cts la minute ! La minute en bateau me coûte moins cher !

Au petit matin, tout fonctionne normalement. Je quand même voir mon ami Gilles Wagner (merci pour l’accueil, le café et la visite !). Nouveau départ vers 14h pour Le Conquet.

La mer est correcte, sans plus. Je passe devant l’île d’Yeu ou la mer est jonchée de bouée de filets et casiers … il ne doit plus rester beaucoup de poissons dans le quartier !

Mon premier passage du raz de sein à 21h30 : féérique ! Programme « lavage – rinçage – essorage » tout en 1 ! Je me suis fais un peu surprendre … je comprends pourquoi on ne peut pas s’y aventurer avec un petit bateau 😉

22h30, le 06 Juillet : arrivée au Conquet, accueilli par Olivier et Ghislaine. 320 nm parcourus. Très bonnes crevettes épicées comme il faut (n’est-ce pas Guillaume …)

Jeudi 07 Juillet 

Départ à 9h00 du Conquet. Météo favorable !

Re-passage du raz de sein : je me fais moins surprendre, mais toujours aussi impressionnant : de loin on a l’impression qu’il il y un mascaret ou un tsunami !

La mer est vraiment bonne : je peux pousser un peu le moteur 😉

Je rencontre mes 4 premiers dauphins : René, Gilbert, Josette et Martine. Des vieux dauphins sans doute. Je saute sur mon appareil photo : la batterie est restée en charge au fond du coffre … Lol. En tout cas ils aiment bien Lenny Kravitz !

La mer est belle. Je peux maintenir une bonne vitesse. Mais rester 10h assis … j’ai quand même mal au c…

Finalement avoir 2 sièges ça a des avantages : on peut changer de position et faire travailler le fessier droit puis gauche en alternance pour soulager. Et puis s’assoir/s’allonger sur le bain de soleil etc ..

Je décide de faire une petite pause au Port de la Meule. Des dizaines de personnes s’y baignent ! Je décide de m’arrêter et d’enlever plusieurs couches car j’ai trop chaud ! Cela faisait même pas 2 mn que j’étais là qu’une mégère m’interpelle « ce sont des corps-morts privés vous n’avez pas le droit de vous arrêter là » me dit-elle avec le voix de Gilles Verdez. « Bonjour madame, oui je vais bien je vous remercie et vous ? » … silence

Je lui explique que je reste là 5 mn et que je repars. Sa réponse « j’espère bien ». Pas merci. Pas au revoir. Rien. Sympas l’accueil !

5 minutes plus tard (soit 7 minutes au total, pour ceux qui suivent pas) je repars. La mer est toujours aussi belle.

Je rencontre un autre groupe de (jeunes) dauphins : Kevin, Chloé, Léo et Arthur. Mais pas le temps de sortir l’appareil, ils disparaissent aussi vite : ils n’aiment pas Eminem … bizarre.

Arrivée en douceur à La Rochelle avec les derniers Figaro. 213 nm en 8h : 26 nds de moyenne. Il me reste 430 litres pour rentrer à Parempuyre dimanche matin.

On attend l’ouverture du pont levant pour accéder au bassin des chalutiers ou se trouve toute la flotte. Un ponton rien que pour moi m’attend 😉 au pied du stand Suzuki.

 

Etape 1, Brest le 17 Juillet 2016

170716 Brest (6)

La navigation depuis Bordeaux s’est très bien déroulée, avec de bonne conditions météorologiques devenant excellentes au fil des miles.

Nous avons rejoint Christophe au Niveau des Tas de Pois (commune de Camaret Sur Mer) sous un soleil radieux. Ses premières impressions sont positives et notre pilote ne semblait pas fatigué.

170716 Brest (11)

Nous avons fait route vers Brest et nous avons été accompagnés (ou l’inverse?!) d’une partie de la flottille des vieux gréements des Fêtes Maritimes de la cité du Ponant.

Au port du Moulin Blanc, il a fallu jouer des coudes pour accéder à la pompe.

170716 Brest (2)

Une petite vedette devant nous « avec un semi-rigide, ça va aller vite le remplissage! Et non Monsieur, on peut y mettre 1 100 l. Vous faite la pêche au gros? Non, il va rejoindre New – York. Ah, quelle bonne blague! » En détaillant le programme complet, notre capitaine a vite saisi que l’on ne blague pas avec Christophe!

Pause déjeuner au fameux TDM (ou Tour Du Monde), lieu de rencontre régulier de l’Amiral Kersauson.

170716 Brest (5)

L’une des difficultés de cette pause a été de trouver un endroit suffisamment ombragé pour que Christophe fasse une sieste réparatrice. Ce sera à bord, devant la console mais sous une chaleur important, 30° à Brest même.

2 journalistes de Bateaux.com sont venus discuter avec Christophe puis nous avons pris la mer à ses côtés jusqu’au Conquet.

170716 Brest (19)

Là, nous l’avons laissé filé tout seul vers Dublin après quelques mots et gestes d’encouragement.

L’émotion m’est montée, quelques larmes ont coulé, bon vent Christophe et bonne mer jusque New – York!!!!

http://www.anpm.fr/suivez-parcours-de-traversee-de-christophe-maupate/

Top départ!!!

20160716_161223

Nous sommes le 16 Juillet  2016, il est 16 et notre aventurier Christophe Maupaté vient de s’élancer pour Sa grande aventure BNYS Bordeaux -> New-York En solitaire.

Vous pouvez suivre son avancée en direct jusqu’aux États-Unis sur le lien suivant.

http://www.anpm.fr/suivez-parcours-de-traversee-de-christophe-maupate/

Bon vent à toi Christophe, nous sommes tous avec toi.

Merci aux partenaires et aux accompagnateurs!

Jour J, D Day 16/07/16

13693034_1225033910853624_287138354122057031_o

Nous sommes le 16 Juillet 2016!

Voilà venu le grand départ pour cette belle aventure BNYS, Bordeaux – New-York en Solitaire.

Christophe attend patiemment au Ponton d’Honneur de Bordeaux l’heure exacte pour s’élancer, 16h.

Le bateau est également prêt et à ce titre, nous remercions nos partenaires pour leur implication dans cette aventure aussi bien technique qu’humaine.

Nous vous donnerons des informations et un suivi de cette journée importante pour notre Homme!

Voici le lien pour suivre en direct tout la traversée:

Suivez en direct le parcours de Christophe Maupaté

Suivez le parcours de la traversée de Christophe Maupaté

Test en conditions réelles, le Raz de Sein

Pour cette 1ère navigation en conditions réelles, on l’a vu, Christophe a rejoint Le Conquet depuis Bordeaux.

Passage obligatoire sur ce périple, le fameux Raz de Sein.

Toues les marins le connaissent soit pour l’avoir pratiqué soit de renommée.

Et, Christophe n’y a pas échappé, aussi bien à l’aller qu’au retour. Rappelons que pourtant les mer sur ce périple était belle mais, ce Raz reste fidèle à sa réputation.

Le Zeppelin 750 S’est très bien comporté mais, pour encaisser ces coups à répétition, les sièges suspendus de chez Oxyal Seat remplissent totalement leur rôle comme on peut le constater sur les vidéos!

Ce Raz de Sein était en mode lavage – rinçage et essorage.

 

1ère grande navigation

Après un faux départ ce matin, Christophe vient de s’élancer de Bordeaux pour sa 1ère grande navigation en conditions réelles.

Ce périple emmènera notre aventurier de Bordeaux -> Jersey afin de valider un bon nombre de points techniques avant le jour J du 16 juillet 2016.

Grâce à nos partenaires (Anpm, Tracking Advance, Garmin…) nous pouvons suivre le Zeppelin 750 à la trace avec le suivi AIS; cliquez sur le lien ci-dessous:

Suivez le parcours de la traversée de Christophe Maupaté