Au fil des miles nautiques….

Mardi 5 Juillet 2016

Le départ pour les essais grandeur réelle est prévu vers 11h30 de la cale de Parempuyre. Mais un petit problème au préfiltre essence impose de réparer. Du coup on loupe la marée => le départ est reporté à la marée suivante …

A 17h30, le bateau est prêt pour sa mise à l’eau. Le gros réservoir de 800l a été rempli la veille … un peu compliqué (j’ai vidé la cuve de la station essence à 640l …)

17h40 : il flotte 😉

Déjaugeage à pleine charge … dur dur, il me faut 15 secondes pour atteindre la vitesse de croisière de 20 nds !

La Garonne : direction l’estuaire

Après environ 2h de nav assez tranquille, petit stop de 20 mn à Port Médoc … histoire de se restaurer un peu. Sortie de l’estuaire, passage Oléron, direction plein Nord. La mer est assez hachée : difficile de tenir le vitesse de 20 nds où le bateau « plane » bien. La nuit commence à tomber : réglage des affichages en mode nuit pour ne pas être ébloui. L’éclairage de nuit du compas Plastimo est presque trop fort : heureusement il a un capot ..

Je réduis la vitesse à environ 9/10 nds. Ca tape pas mal. Mais je ne suis pas mouillé !

La fatigue se fait sentir. Je me restaure, je dors un peu (sans le matelas c’est pas très confort).

3h25 : l’écran du gps et du pilote s’éteignent. J’ai dû éteindre le gps alors que j’étais sous pilote … n’arrivant pas à le rallumer correctement (je n’ai pas dû le rallumer dans le bon ordre) je décide de me dérouter vers les Sables d’Olonne. Arrivée sur place à 4h40, je laisse le bateau devant la capitainerie et je vais dormir dans le seul hôtel qui répondait à cette heure-ci. Vu le peu d’heure que j’y ai dormi et le prix que j’ai payé, j’ai calculé, ça fait 33 cts la minute ! La minute en bateau me coûte moins cher !

Au petit matin, tout fonctionne normalement. Je quand même voir mon ami Gilles Wagner (merci pour l’accueil, le café et la visite !). Nouveau départ vers 14h pour Le Conquet.

La mer est correcte, sans plus. Je passe devant l’île d’Yeu ou la mer est jonchée de bouée de filets et casiers … il ne doit plus rester beaucoup de poissons dans le quartier !

Mon premier passage du raz de sein à 21h30 : féérique ! Programme « lavage – rinçage – essorage » tout en 1 ! Je me suis fais un peu surprendre … je comprends pourquoi on ne peut pas s’y aventurer avec un petit bateau 😉

22h30, le 06 Juillet : arrivée au Conquet, accueilli par Olivier et Ghislaine. 320 nm parcourus. Très bonnes crevettes épicées comme il faut (n’est-ce pas Guillaume …)

Jeudi 07 Juillet 

Départ à 9h00 du Conquet. Météo favorable !

Re-passage du raz de sein : je me fais moins surprendre, mais toujours aussi impressionnant : de loin on a l’impression qu’il il y un mascaret ou un tsunami !

La mer est vraiment bonne : je peux pousser un peu le moteur 😉

Je rencontre mes 4 premiers dauphins : René, Gilbert, Josette et Martine. Des vieux dauphins sans doute. Je saute sur mon appareil photo : la batterie est restée en charge au fond du coffre … Lol. En tout cas ils aiment bien Lenny Kravitz !

La mer est belle. Je peux maintenir une bonne vitesse. Mais rester 10h assis … j’ai quand même mal au c…

Finalement avoir 2 sièges ça a des avantages : on peut changer de position et faire travailler le fessier droit puis gauche en alternance pour soulager. Et puis s’assoir/s’allonger sur le bain de soleil etc ..

Je décide de faire une petite pause au Port de la Meule. Des dizaines de personnes s’y baignent ! Je décide de m’arrêter et d’enlever plusieurs couches car j’ai trop chaud ! Cela faisait même pas 2 mn que j’étais là qu’une mégère m’interpelle « ce sont des corps-morts privés vous n’avez pas le droit de vous arrêter là » me dit-elle avec le voix de Gilles Verdez. « Bonjour madame, oui je vais bien je vous remercie et vous ? » … silence

Je lui explique que je reste là 5 mn et que je repars. Sa réponse « j’espère bien ». Pas merci. Pas au revoir. Rien. Sympas l’accueil !

5 minutes plus tard (soit 7 minutes au total, pour ceux qui suivent pas) je repars. La mer est toujours aussi belle.

Je rencontre un autre groupe de (jeunes) dauphins : Kevin, Chloé, Léo et Arthur. Mais pas le temps de sortir l’appareil, ils disparaissent aussi vite : ils n’aiment pas Eminem … bizarre.

Arrivée en douceur à La Rochelle avec les derniers Figaro. 213 nm en 8h : 26 nds de moyenne. Il me reste 430 litres pour rentrer à Parempuyre dimanche matin.

On attend l’ouverture du pont levant pour accéder au bassin des chalutiers ou se trouve toute la flotte. Un ponton rien que pour moi m’attend 😉 au pied du stand Suzuki.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.