Au fil des miles vers Dublin

13690832_1240991202587191_5264975680802432287_n

Etape Brest -> Dublin

Après un peu d’attente pour faire le plein d’essence au port, entre la pompe qui tombe en panne et les clients particulièrement impolis qui stressent tout le monde, je remets 339 litres après calculs : j’ai 340 mn à faire et il me reste 95 litres …

C’est le cagnard : impossible de trouver un point d’ombre pour me reposer un peu avant de repartir … je me bricole une couchette un peu étroite dans le bateau .. à l’ombre. Y a une photo qui circule ..

C’est le départ : après avoir salué une dernière fois mes amis du Conquet : route plein Nord.

J’ai du courant de face, résultat je consomme 1,50L / mn. Pas bon. D’après mes calculs j’étais déjà un peu juste … pas bon. Je me retrouve en plein mer : grand soleil, il fait chaud .. et la mer est absolument idéale : une grande houle, mer plate, je pourrai naviguer à 30 nds … mais j’ai déjà trop consommé. Un régal : détendu, à profiter du moment

Je pense que j’ai des conditions météo assez exceptionnelles pour l’endroit. Croisement de gros cargos : tu te dis qu’en accélérant tu passes devant … euh, non !

Arrivé devant les iles Scilly je refais mes calculs pour savoir si je m’arrête pour ravitailler un peu de carburant. Je me dis que non, car finalement j’ai peu consommé malgré une vitesse moyenne très correcte.

Entrée en mer d’Irlande de nuit. Plein de bouées partout … des bateaux de pêche et même un ferry plein de couleurs : pas le moment de dormir !

Peu de temps après, le phare avant n’éclaire plus bien : je vais voir. En fait, je suis rentré dans un brouillard à couper au couteau !! Bon, ben va falloir faire confiance aux instruments ! Radar + AIS … Je réduis la vitesse, quand même.

Je croise des bateaux que je ne vois jamais. Au moins avec l’AIS on sait s’il s’agit d’un bateau de pêche de 15m ou d’un cargo de 130m ..

Ca va durer jusqu’à 1h avant l’arrivée à Dublin ! + de 6h de brouillard ! Ne me demandez pas comment est la mer d’Irlande : je sais pas j’ai RIEN vu ! Si : de gros dauphins sont venus jouer dans l’étrave au petit jour vers 6h du matin. L’eau était absolument limpide (un lac !) et avec le silence et le brouillard tout autour : féérique 😉

Vers 4h du matin, impossible de dormir : trop froid ! Le brouillard condense partout, tout est trempé, ça goutte de partout et il fait vraiment froid ! J’aurai dû mettre ma combi de survie … sauf que je ne pouvais pas la mettre à Brest par 26°C (si si) !

Bon : je ralentis et je me prépare une petite purée aligot bien chaude + café brûlant + lait concentré Nestlé (clin d’œil) : ça va mieux.

Mais la mer est si calme que je m’endors régulièrement assis … Le radar ne détecte rien … c’est vide. Juste le bruit du bateau qui glisse sur l’eau absolument plate, assourdi par le brouillard épais … et un peu de musique 😉

J’attends avec impatience le matin avec le lever du soleil car il fait vraiment trop froid. Mais pas de soleil : toujours une épaisse couche de brouillard.

Puis ça se dégage un peu vers 8h : 3 à 400 m de visibilité, et la mer toujours aussi plate => GAAAZZZZZ histoire de récupérer un peu le retard de la nuit 😉

Houle de ¾ arrière : je pars en surf à 27 / 28 nds et je consomme rien (car moins d’essence aussi). Finalement je n’aurai aucun problème d’autonomie : j’arriverai à Dublin avec une marge de 100 mn en rab 😉

A l’approche de la marina, comme d’habitude il faut slalomer entre les bouées de casier (c’est pour cela que je ne veux pas arriver dans un port que je ne connais de nuit ..). Je tape dans un boute. Je cale. Je vérifie du côté de l’hélice : rien. Ouf.

Je me gare du côté du Yacht Club. Accueil surpris et amusé.

Je range vite fait. Direction l’hôtel de l’autre côté de la rue « Royal Marine Hôtel ». Je demande un chambre simple, mais comme il n’est pas encore midi (heure locale) on me donne une suite (pour le prix d’un Etap Hôtel pourri) : le lit est plus grand que le bateau ! Lol

Première douche depuis 48h (no comment)

J’envoie les vidéos à Olivier, et je m’écroule : je dors 6h !

Réveil : bricolage au bateau (sondeur collé en panne => j’ai bien fait d’en mettre 2), visserie coffre partie, et surtout collage du Lexan afin de rendre la liaison cabine/pare-brise plus étanche / froid et humidité ! Sinon, tout va bien.

Dîner dans un resto italien/irlandais (enfin .. + irlandais qu’italien à mon goût)

Retour à l’hôtel pour un bon DODO … en attendant une étape encore plus longue de 100 mn, soit 430 mn = 20h de nav mini.

Les conditions seront bonnes sur les 2 premiers tiers .. puis ça se dégrade = vent + grains L

Et d’ailleurs, il se pourrait que je sois obligé de rester une nuit de plus à Kirkwall car la météo se dégrade au Nord… à suivre …

Voilà, vous savez tout. Je vous ferai un point conso détaillé quand j’aurai plus de temps

5 réflexions sur « Au fil des miles vers Dublin »

  1. Ping : Traversée de l’Atlantique en semi-rigide – Christophe Maupaté est arrivé à Dublin

  2. Bonsoir Christophe,
    Une petite question si tu a le temps de la lire et éventuellement de répondre
    Pourquoi une arrivé à Kirkwal qui est certes la capitale des Orcades, mais qui oblige a contourné l’archipel par le Nord Est, et pas plutôt Stromness qui elle ce trouve bien avant et dans la baie ou juste à l’entrée sud Est ?

    Choix tactique, estimation des distances entre étape, car pour passer sur les Féroé la distance n’aurait pas été beaucoup plus longue et aurait réduit d’un peu cette grande étape au départ de Dublin !!

    Pense à boire de ma part une  » Scapa Bièer » au Saint Hola hotel sur le port de Kirkwal !!
    🙂 🙂

  3. Je viens de lire les derniers commentaires sur ton blog concernant cette grande aventure et certaines questions me turlupinent… Très important, penses tu Christophe qu’il te restera suffisamment de lait concentré Nestlé jusqu’à NEW YORK ? Dans cette longue traversée de brouillard (et tout comme Ulysse) as tu pu apercevoir une ou des sirènes (à ne pas confondre avec un futur ours polaire) ?Et as tu un talisman porte bonheur (sinon se trouver à la prochaine étape une peau de bouc a accrocher en haut d un semblant de mat pour ses vertus protectrices) ..…
    Je redeviens sérieuse, encore bravo pour cette belle aventure et cette performance de navigateur conquistador, attendons impatiemment ton arrivée sur les cotes du Canada et dans cette grande ville de NEW YORK
    Pénélope

  4. Bonjour
    Heureux propriétaires d’un Zeppelin nous avons découvert votre projet. Nous vous suivrons depuis les Côtes d’Armor.
    Merci pour votre récit et bonnes nav’s !!
    Florence et Gerard

Répondre à Christophe Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.